Réception du 14 juillet 2008



Pour voir les photos de la réception du 14 juillet 2008, cliquez ici.



Mesdames, Messieurs,
Chers amis,


Je vous souhaite la bienvenue au Consulat de France pour célébrer ensemble notre Fête nationale dans cette maison qui est la vôtre. Après le départ de François Delattre et avant l’arrivée de son successeur, à la fin du mois d’août, M. Guy Yelda, je suis très heureuse de vous accueillir avec toute l’équipe du consulat dans ces salons qui, à partir de demain, vont faire l’objet de travaux de restauration pendant plus d’un mois grâce au mécénat de la French Heritage Society dont je remercie les représentants ici présents.

De très nombreuses personnalités de toutes nationalités nous font l’honneur d’être avec nous aujourd’hui. Vous me pardonnerez de ne pouvoir les citer tous. Je voudrais saluer les Ambassadeurs et Consuls généraux, et leurs représentants, de nombreux pays amis - par ordre alphabétique : l’Allemagne, l’Autriche, la Belgique, la Bulgarie, Chypre, l’Estonie, la Grèce, la Hongrie, l’Italie, Israël, le Japon, le Liban, la Lituanie, la Norvège, la Pologne, la Roumanie, la Slovaquie, la Slovénie, la République Tchèque, sans oublier nos amis du Québec.

Permettez-moi de saluer l’Ambassadeur de France auprès de l’ONU, M. Jean-Maurice Ripert et toutes les autres personnalités présentes qui travaillent au sein - ou auprès - de l’Organisation des Nations Unies.

I would like to extend a warm welcome to our American friends who have joined us tonight to celebrate Bastille Day and French-American friendship. We are privileged to have with us New York City Police Commissioner, Honorable Raymond Kelly, and Mrs. Kelly, who are great friends of France. Thank you, Mr Commissioner, for the superb job you do for New York.

May I also welcome Mr Robert Morgenthau, District Attorney of New York - it’s an honor to have you here - and the representatives of Mayor Bloomberg, Commissioner Marjorie Tiven and Elizabeth Rose Daly, as well as leaders and opinion-makers from the media, the business community, the Arts, the think tanks and the Jewish Community. I would like to acknowledge Rabin Arthur Schneier and Rabin Michaël Cohen.

I would like to thank all our American friends and tell them that we are honored by their friendship and support. You will always be at home in the house of France.

Un grand merci à nos sponsors pour leur généreux soutien : Maxime Navarre pour le champagne Moët et Chandon, Amaury Schoon pour l’eau Badoit et Volvic, Christophe Barcat pour les vins et Jacques Dahan pour les chocolats Michel Cluizel.

Je voudrais enfin remercier tout particulièrement tous ceux qui ont contribué à préparer cet événement : notre chef, Stéphane Verdille, notre maître d’hôtel, Xavier Thibaud, notre Attachée pour l’événementiel, Véronique Boileau et son assistante Maylis Tertrais et toute l’équipe du Consulat qui, une nouvelle fois, a donné le meilleur d’elle-même.

I/ Mesdames, Messieurs, cette Fête nationale est un moment privilégié pour célébrer la communauté française installée à New York, dans le Connecticut et dans le New Jersey et qui, forte d’environ 70.000 personnes, constitue la pointe avancée de notre présence aux Etats-Unis tous domaines confondus.

Vous représentez ce que la France a de meilleur, la France qui crée et qui innove. Dans cette « capitale de l’économie-monde », vous jouez un rôle décisif pour promouvoir nos intérêts et notre image dans cette ville mais aussi en Amérique.

Quelques chiffres témoignent du dynamisme de la France dans ce pays : 22.000 entreprises françaises ont exporté vers les Etats-Unis en 2006. Il s’agit de notre deuxième débouché au monde en terme de nombre d’entreprises. Au total, les Etats-Unis attirent un exportateur français sur cinq, ce qui est considérable. Parmi ces entreprises, toutes ne sont pas des grands groupes : 67% d’entre elles sont des PME. C’est bien la preuve que le marché américain est accessible à tous : ce qui compte, c’est avoir un bon produit et la volonté de réussir.

Enfin, notre pays se situe parmi les tout premiers investisseurs internationaux aux Etats-Unis, et nos entreprises génèrent 650.000 emplois sur le sol américain. La France est aujourd’hui la première destination des investissements directs américains dans la zone euro.

C’est le fruit du travail effectué par les services français concernés, la Chambre de Commerce franco-américaine, les Conseillers du commerce extérieur et par vous tous.

Je salue également le remarquable travail et le dévouement des Conseillers à l’Assemblée des Français de l’étranger qui vous représentent avec passion et qui font tant pour l’amitié franco-américaine.

II/ L’année écoulée a vu s’ouvrir un nouveau chapitre dans l’histoire de notre pays et dans la relation franco-américaine.

A- Permettez-moi de revenir brièvement sur les récents développements dans notre pays.

Le Président de la République a lancé 55 réformes, pour réhabiliter le travail, pour améliorer la protection des Français, pour protéger l’environnement et préparer l’avenir.

Déjà, la situation de l’emploi s’améliore. Le taux de chômage n’a jamais été aussi bas depuis un quart de siècle, avec 7,5 % de la population active en mars 2008.

Les régimes spéciaux de retraite ont été réformés, avec l’objectif de parvenir à l’équilibre général en 2012.

L’école primaire et l’enseignement secondaire ont également été réformés, et l’Etat investira 20 milliards d’euros sur 5 ans pour doter la France d’universités à la hauteur de la compétition mondiale.

Certes, il reste beaucoup à faire, tous ensemble, mais la France est un pays en mouvement. Disons-le et répétons-le à nos amis américains.

B - Cette nouvelle dynamique, nous la retrouvons dans les relations entre nos deux pays.

L’élection du Président de la République en mai 2007 a représenté incontestablement un moment important de la relation entre la France et les Etats-Unis. Depuis lors, la visite officielle effectuée par Nicolas Sarkozy à Washington les 6 et 7 novembre 2007, a ouvert un nouveau chapitre de la relation franco-américaine. La visite en France, en juin dernier, du Président Bush qui a qualifié la France de « very first friend of America », a également contribué à renforcer l’amitié entre nos deux nations.

Sur les dossiers internationaux tels que l’Afghanistan, l’Iran, le Liban, les Balkans et la lutte contre le terrorisme, la France et les Etats-Unis demeurent deux alliés essentiels. C’est ce que le Président de la République a rappelé, dans son discours devant les deux chambres du Congrès réunies, soulignant que nos deux pays avaient toujours été côte à côte lors des moments difficiles.

Je rappelle que sur le plan économique, les flux commerciaux et financiers entre nos deux pays demeurent considérables. Plus de 2.500 entreprises et filiales françaises sont implantées aux Etats-Unis, faisant de notre pays le deuxième investisseur étranger en volume sur le territoire américain.

L’année 2008 est également riche en événements de portée symbolique. Nous célébrons en effet cette année le soixantième anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l’homme, co-rédigée, vous le savez, par un Français, René Cassin, et une Américaine, Eleonor Roosevelt. Ce texte, signé à Paris, au palais de Chaillot le 10 décembre 1948, est une occasion pour la France de souligner l’universalité des droits de l’homme. Je tiens en particulier à saluer tous ceux dont l’action vise à la protection et à la promotion des droits de l’homme, notamment, les représentants de la société civile dont certains nous font aujourd’hui l’honneur de leur présence.

Je voudrais également évoquer l’inauguration le 6 juin dernier au Mémorial de Caen d’une exposition, intitulée « a global moment » et portant sur le déroulement et les conséquences des attaques terroristes du 11 septembre 2001, exposition organisée avec le New York State Museum. Que la France ait été choisie pour accueillir cette première présentation en dehors des Etats-Unis marque bien la confiance que nos amis américains placent en nous.

Enfin, pour rester sur le terrain du cœur et de la symbolique, saluons le vote, la semaine dernière, à la Chambre des Députés américaine de la loi reconnaissant à la « Washington-Rochambeau Revolutionary Route », communénent appelée « 3WR », son rôle historique en lui accordant le statut de « National Historic Trail ». Je voudrais rendre hommage ce soir au Député Maurice Hinchey, au Colonel Johnson, qui est avec nous, au Docteur Jacques Bossière et au Colonel Serge Gabriel pour leur remarquable engagement pour faire entrer dans l’histoire cette route qui célèbre nos victoires communes de 1781.

III/ C’est dans ce contexte de dialogue constructif et de confiance que la France va travailler avec les Etats-Unis dans le cadre de la présidence française du Conseil de l’Union européenne qu’elle assume depuis le 1er juillet.

A - La France souhaite que cette présidence soit, selon les mots utilisés par le Président Sarkozy, une présidence au service de l’intérêt général, une présidence utile et marquée du sceau de la continuité.

Elle s’inscrit dans un contexte particulier sur les plans international et européen.

Au plan international, nous sommes confrontés à une situation économique incertaine et des crises qui durent (Afghanistan, Irak).
S’agissant du contexte européen, le rejet par les Irlandais du traité de Lisbonne est une réalité politique que nous ne pouvons que respecter et accepter. Rendez-vous est pris pour le Conseil européen du 15 octobre pour examiner la voie à suivre. En attendant, il est important de continuer d’obtenir des résultats concrets dans les différents domaines présentant un intérêt pour les citoyens.

Les quatre priorités fixées par le Président de la République correspondent aux défis auxquels l’Europe doit répondre : la lutte contre le changement climatique, l’immigration, la sécurité alimentaire, enfin, la défense et la sécurité.

B - La France entend, tout au long de sa présidence, poursuivre et renforcer son dialogue avec les Etats-Unis, en particulier sur les enjeux mondiaux que sont le réchauffement climatique et l’environnement, la gestion civile et militaire des crises, la promotion des droits de l’homme et la lutte contre le terrorisme.

IV/ A New York et dans sa région, de nombreux événements se tiendront sous l’égide de la présidence française de l’Union européenne.

Pendant 6 mois, il y aura :

-  des conférences sur l’Europe avec des personnalités françaises et américaines,

-  des conférences portant sur les priorités de notre présidence,
-  des actions pédagogiques,

-  des événements culturels : un festival sur le thème des cultures urbaines, un concours sur l’Europe à destination des élèves de 15 à 18 ans des écoles publiques et privées américaines et françaises, une manifestation intitulée « New Litterature from Europe », en collaboration avec les centres culturels allemand, espagnol, italien et tchèque.

Je salue les initiatives du French Institute-Alliance française, de la French-American Foundation, de la Chambre de commerce franco-américaine, du programme Alliance de l’Université de Columbia.

A tous les représentants des services de l’Etat très impliqués dans le bon déroulement de la présidence française, j’adresse un grand merci pour leur dynamisme, leur professionnalisme et l’excellente image qu’ils contribueront à donner de la France, de l’Europe et de la relation de l’Union européenne avec les Etats-Unis.

Je ne peux vous quitter sans vous inviter à prolonger cette soirée en participant au Bal du 14 juillet, organisé par le Comité des Associations françaises et les French Tuesdays. Il aura lieu à partir de 20 heures au Spotlight Live sur Broadway à hauteur de la 49ème rue.
Il viendra clôturer les deux journées consacrées à notre fête nationale puisque, hier, j’ai participé à Manhattan et à Brooklyn aux deux grandes fêtes de la rue qui ont reçu un accueil chaleureux et enthousiaste de la part de nos amis français et américains.

Vive la France !
Et vive l’amitié franco-américaine !


***



Je laisse maintenant la place à Pamelia Philips , chanteuse lyrique américaine, qui est Chair of Voice and Music at Tisch School of the Arts at New York University. Elle a chanté dans tous les répertoires européens. Elle a accepté de venir interpréter ce soir les deux hymnes nationaux. A elle seule, elle est l’incarnation de la diversité européenne et de l’amitié franco-américaine.
Pamelia, we really appreciate your being with us.

From the bottom of my heart, and in the name of all of us, thank you.

Dernière modification : 05/06/2020

Haut de page